12 mrt 2021

La prolongation du N60 est-elle une bonne idée ?

Jusqu'à aujourd'hui, il y avait une deuxième période de consultation publique sur les plans de 'Rond Ronse' ('Autour de Renaix'). Il s'agit d'une équipe de projet de la 'Werkvennootschap', qui veut prolonger la N60 et construire un périphérique autour de Renaix sur ordre du gouvernement flamand. Avec Groen Ronse, nous avons à nouveau soumis un certain nombre de questions et de commentaires critiques.

La grande majorité des déplacements à Renaix sont toujours effectués en voiture. L'étude sur la circulation de 'Rond Ronse' montre que les voitures représentent 80 % de l'ensemble de la circulation dans notre ville. Notre dépendance locale à la voiture est très élevée, en partie à cause du manque d'alternatives et en partie à cause de la lassitude de notre municipalité. Cependant, le gouvernement flamand a bel et bien l'ambition de faire quelque chose à ce sujet. Dans sa déclaration gouvernementale, il promet un "transfert modal" vers 40% de déplacements durables pour l'ensemble de la Flandre. N'est-il pas étrange qu'un grand et très coûteux projet de mobilité, commandé par ce même gouvernement flamand, ne prête quasiment aucune attention à cette ambition ?

 

La mobilité ne se résume pas aux voitures et aux camions

Bien que l'"amélioration de la multimodalité" soit également l'un de ses objectifs, 'Rond Ronse' transfère entièrement la responsabilité de l'augmentation et de l'amélioration des transports publics à d'autres organismes. Il y a cependant un point positif dans le domaine de la mobilité douce : la 'Werkvennootschap' sera responsable de l'aménagement d'une véloroute plate entre Audenarde et Renaix. Mais actuellement, seuls les plans de la trajectoire Oudenaarde-Maarkedal se sont concrétisés.  Avec Groen Ronse, nous demandons que le reste du parcours soit pris en compte dès le départ et que des fonds suffisants soient mis à disposition à cet effet. Après tout, le goulot d'étranglement de tout le parcours est le passage en dessous du Spichtenberg. Si cela n'est pas pris en compte à temps, nous risquons de nous retrouver avec seulement la moitié d'une vélouroute.

Un autre objectif de 'Rond Ronse' est d'améliorer la sécurité du trafic et la viabilité du trafic au centre de Renaix. Mais là encore, la patate chaude est refilée à la municipalité, qui depuis des années refuse de lever le petit doigt sur cela. Seule une "politique d'accompagnement" locale, telle qu'un plan de circulation (par exemple, l'interdiction du trafic de transit sur l'axe Wijnstraat-Rooseveltplein), l'extension de la zone 30, davantage de pistes cyclables séparées sur les voies d'accès et des environnements scolaires sécurisés (par exemple, l'interdiction des poids lourds aux heures de pointe), offre la garantie d'une meilleure situation de la circulation dans le centre de notre ville.

 

Mouvements de fret et solutions alternatives pour Klein-Frankrijk à peine étudiées

Les flux de circulation en provenance et à destination de la zone industrielle de Klein-Frankrijk constituent également un problème urgent. Bien que les poids lourds soient considérés comme le principal coupable par presque tout le monde, il s'avère que la relation de trafic entre le centre de Renaix et Klein-Frankrijk est aussi en grande partie constituée par le trafic automobile local. Alors qu'un périphérique autour de Renaix est présenté comme la seule solution sanctifiante, 'Rond Ronse' et notre municipalité ne prennent pas la moindre mesure durable pour réduire l'utilisation locale de la voiture.

En outre, il est remarquable qu'à aucun moment les mouvements de fret à destination et en provenance de Klein-Frankrijk n'aient été analysés en profondeur. Quelles sont les entreprises qui ont le plus recours aux transports? Quelles sont les destinations des camions qui quittent Klein-Frankrijk? Quelle est la nature et la forme de la cargaison ? Y a-t-il aussi des camions à moitié vides qui traversent le centre ville depuis Klein-Frankrijk ?

Les solutions alternatives à Klein-Frankrijk ont également été peu considérées. On n'a pas cherché à savoir si les chargements - peut-être même de différentes entreprises - pouvaient être mieux regroupés, si les temps de chargement et de déchargement pouvaient être mieux répartis, si des camions plus petits pouvaient offrir une solution - éventuellement avec un hub à l'extérieur de Renaix -, si les camions pouvaient atteindre Klein-Frankrijk davantage par l'est - pendant les travaux à Broeke, ce n'était pourtant pas un problème pendant des mois -,

Et personne - surtout pas notre municipalité - ne semble se demander avec quel type d'activités Renaix veut se placer sur la carte à l'avenir, et si ces activités économiques seront encore si gourmandes en transports dans 20 ou 30 ans qu'un périphérique autour de Ronse sera nécessaire?

 

Faites briller Renaix et optez pour des solutions propres au 21e siècle

Il n'y a aucune garantie que l'extension de la N60 aura un effet positif sur la création d'emplois à Renaix. De plus, elle torpille notre réputation de ville verte et paisible et de destination touristique, et nous offre à la place un surplus de bruit, de pollution atmosphérique et de trafic de transit.

Réparti sur toutes les voies d'accès, il n'y a que 30 % de trafic de transit à Renaix! Dans d'autres exemples nationaux et internationaux de périphériques locaux, on peut facilement parler d'un trafic de transit deux fois plus important.  Sur la N60 au sud d'Oudenaarde, il y a autant de trafic en une journée complète que sur la E17 en 20 minutes. Dans la conclusion de son étude de trafic, 'Rond Ronse' décrit ainsi le trafic de transit à Renaix : "de faibles volumes de trafic en chiffres absolus". Le gouvernement flamand veut-il vraiment jeter 250 millions d'euros de l'argent des contribuables dans l'égout pour quelques minuscules kilomètres de semi-autoroute, qui s'arrête même brusquement à la frontière linguistique ?

Ce dont Renaix a besoin, c'est d'une vision économique durable et d'un transfert modal ambitieux, qui feront de notre ville un lieu dynamique et amélioreront considérablement la viabilité du traffic en centre-ville. Une voie ferrée électrifiée avec un train IC direct vers Bruxelles toutes les heures, ou un boom explosif du nombre de déplacements locaux à vélo n'est pas une fiction, mais un choix politique.

Cher gouvernement flamand, cher maire, chers échevins, entendez-vous les coups frappés à la porte ? Coucou, c'est le 21ème siècle !

Reacties

Vennligst sjekk din e-post og klikk på lenken for å bekrefte din nye e-postadresse.
Cookies op groen.be

Groen gebruikt functionele en analytische cookies die noodzakelijk zijn om de website goed te laten functioneren. Deze cookies verwerken geen persoonsgegevens en hier is geen toestemming voor nodig.

Als je daarvoor toestemming geeft, maken we ook gebruik van marketingcookies. Die stellen ons in staat om de website beter af te stemmen op jouw voorkeuren.

Je kunt je instellingen altijd weer wijzigen op de pagina over de cookies.

Voorkeuren aanpassen
Alle cookies accepteren